Informations et astuces à propos des éthylotests


Après la mise en fonction de détecteurs pour la route et l’obligation d’avoir ce gilet jaune, le ministère décide d’une dernière mesure de sûreté routière: le devoir de disposer d’un alcootest à bord de sa voiture. Il désire de ce fait faire diminuer drastiquement le total de morts au volant.

L’auto-évaluation de chaque automobiliste.

Par l’intermédiaire de cet éthylotest, tout automobiliste pourra savoir s’il peut prendre le volant. Si l’alcootest montre le contraire, il devra céder le volant ou prendre un taxi. Dans le cas opposé, il pourra prendre la route sans souci. Il connaitra ainsi précisément son degré d’alcoolémie et pourra répondre rapidement à l’interrogation: puis-je prendre le volant ? Cette réglementation pourrait être obligatoire en juillet 2012. Une incertitude reste sur le nombre d’alcootest à bord des voitures. Un inique ou plus, l’interrogation reste en suspens.

Baisser le total de morts (et de blessures) en conduisant.

Lucide de ses devoirs, le l’Etat se charge de ce souci fermement. Il reste cependant trop de morts dus à des accidents routiers dans notre pays. Par exemple, le 31/10/2011, on dénombrait presque 4000 morts sur une durée d’un an. On trouve plusieurs motifs à cette pénible constatation: une vitesse trop rapide, l’alcool, l’éducation trop rapide des conducteurs,…mais aussi le fait de prendre la route en consommé de l’alcool est une calamité pour le conducteur irréfléchi, comme pour les tiers. L’alcootest est donc être une esquive valable dans le but de faire diminuer le nombre de tués sur la route.

Il existe également des éthylotests anti démarrage (EAD), incorporés nativement à l’automobile. A l’instar de tout les alcootests analyse le taux d’alcoolémie d’un conducteur.