L'éthylotest antidémarrage sera-t-il généralisé en 2020 ?


Il est connu de tous les automobilistes lors des contrôles routiers. L’éthylotest, appareil capable de détecter votre taux d’alcool dans l’air expiré, vise à limiter les risques d’accidents de la route mortels en agissant sur la conduite en état d’ébriété. Un nouveau dispositif antidémarrage embarqué dans les véhicules et associé à un éthylotest pourrait bien se généraliser à moyen terme. C’est déjà le cas pour les bus circulant en Métropole depuis 2015.

La mesure sur l’éthylotest antidémarrage « traîne » depuis 2010

L’installation généralisée des éthylotests dits « antidémarrage » (EAD) dans tous les véhicules circulant sur les routes françaises était déjà évoquée pendant le mandat Sarkozy, en 2010. Seulement voilà. En 2019, seuls 1 500 conducteurs ont choisi d’installer ce dispositif à leurs frais et de manière volontaire. Le gouvernement semble envisager de passer à l’action, notamment en incitant les préfets à encourager cette mesure de précaution dans un premier tems, puis en imposant aux usagers qui ont des antécédents en la matière de s’équiper en conséquence.

Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle, car les expériences à l’étranger se suivent et se ressemblent, avec une baisse de la mortalité routière de plusieurs points. Au Canada par exemple, on note une baisse de 75 % des récidives de conduite en état d’ébriété pour les conducteurs testés. Ce chiffre caracole même à 80 % en Finlande. Le coût de ce dispositif embarqué dans le véhicule reste le principal frein à un déploiement à grande échelle. Il faut compter en moyenne 1 250 pour l’appareil et son installation. Pour aller plus loin, consultez l’article suivant sur wizza: « Tout savoir sur l’éthylotest ou l’alcootest ».

L’éthylotest antidémarrage ou la suspension du permis de conduire

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a récemment appelé à une plus grande utilisation de ces dispositifs, tandis que l’association Prévention Routière milite depuis des années pour un décret obligeant les automobilistes à s’équiper sous peine de lourdes amendes, voire d’un retrait pur et simple du permis de conduire. Il semblerait toutefois que la justice joue le jeu. En 2019, plus de 5 000 décisions préfectorales ont imposé l’installation de ce dispositif dans les véhicules de conducteurs ayant été contrôlés avec un taux d’alcoolémie dépassant la limite légale de 0,8 gramme par litre de sang.

L'éthylotest antidémarrage sera-t-il généralisé en 2020 ?

Le gouvernement entend accélérer le déploiement de ce dispositif antidémarrage en donnant le choix aux conducteurs ayant été arrêtés pour conduite en état d’ébriété entre deux « sanctions » : la suspension du permis ou l’utilisation d’un éthylotest antidémarrage sans passer devant le tribunal correctionnel. Cette mesure a un double objectif :

  • Encourager les conducteurs à opter pour les éthylotests antidémarrage
  • Eviter aux professionnels de la route de perdre leur travail, conséquence naturelle de la suspension du permis de conduire

Comment fonctionne l’éthylotest antidémarrage ?

L’éthylotest antidémarrage impose au conducteur souffle dans un embout buccal avant de démarrer ou de continuer à utiliser son véhicule. Si le résultat de l’analyse de la concentration d’alcool dans l’air expiré est supérieur à la concentration d’alcoolémie programmée (qui varie selon les pays), l’appareil empêche le démarrage du moteur. Le dispositif de verrouillage est situé à l’intérieur du véhicule, près du siège du conducteur, et est directement relié au système d’allumage du moteur.

Un dispositif de verrouillage de l’allumage interrompt le signal envoyé au démarreur jusqu’à ce qu’un échantillon d’haleine valide soit fourni. À ce moment-là, le véhicule peut être démarré normalement. A des moments aléatoires après le démarrage du moteur, l’appareil exigera un autre échantillon d’haleine pour empêcher une personne autre que le conducteur de fournir un échantillon d’haleine.

Si l’échantillon d’haleine n’est pas fourni, ou si l’échantillon dépasse le taux d’alcoolémie préréglé par l’antidémarreur, l’appareil enregistrera l’événement, avertira le conducteur, puis déclenchera une alarme (clignotement des feux, klaxon) jusqu’à ce que le contact soit coupé ou qu’un échantillon d’haleine propre ait été fourni. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’éthylotest antidémarrage n’a pas la capacité de couper le moteur sur la route.